• Millesimes.jpg
  • Local_vente.jpg
  • Gilles_Pilloud.jpg

Un petit peu d'histoire

 

À l'époque romaine, le territoire de Crans fait partie du pays des équestres dont Nyon est la capitale. Il n'existe pas à ce moment-là de localité proprement dite mais des villas romaines sont déjà présentes sur le coteau qui domine la vigne.

Puis, les Burgondes occupent la Suisse occidentale. Plus tard, ce sont les Francs qui imposent leur domination sur le pays, mais à la mort de Charlemagne l'Empire Franc se disloque.

 

Crans devient le territoire du royaume de Bourgogne. Au commencement de l'an 1000, on commence à entendre parler de Crans, petits groupes de chaumières habitées par des serfs, des paysans ...et des vignerons. En 1008, le village s'appelle Cranos, puis plus tard ce sera Cranz puis encore Crant et enfin Crans tel qu'aujourd'hui.

 

A son tour, le royaume de Bourgogne s'effrite, Rodolphe III distribue ses terres morceau par morceau. En 1032, son fils Hugues offre ce terrtoire à l'évêque de Lausanne. Si l'évêque était leur suzerain direct, les serfs n'en devaient pas moins hommage au duc de Savoie, qui leur assurait protection moyennant une redevance annuelle.

 

Les Bernois envahirent le Pays de Vaud en 1536. Ils s'emparèrent des biens de l'Eglise et les revendirent aux laïcs. C'est ainsi qu'Urbain Quisard, notaire savoyard établi à Nyon, acheta la seigneurie et les terres de Crans et Arnex en 1542. Sa famille habita l'ancien manoir, le Château Quisard, aujourd'hui disparu, et resta propriétaire du village pendant 221 ans. Le règne Quisard est selon l'expression de l'époque : Le Noble et Généreux Seigneur de Crans!

Pierre, un de ses fils, rend des services inappréciables à l'histoire du droit vaudois. Il rédige un code très complet sur le droit public, fédéral, civil et pénal. Jean-Nicolas, autre membre de la famille, combat au côté du Major Davel et perd la vie.


Le propriétaire des terres de Crans et d'Arnex travaille d'arrache-pied à améliorer la situation de ses domaines et celle du village. Pas d'eau encore en ces lieux, pas de moulin non plus! Qu'à cela ne tienne Quisard se procure l'une (il creuse le canal de Divonne à Crans) et l'autre (il construit un moulin). Quelle aubaine pour ce village agricole et viticole.

 

Guillaume Quisard meurt sans enfants et le 27 octobre 1763, ses héritiers vendent la terre de Crans et d'Arnex à Antoine Saladin, financier genevois, alors âgé de 38 ans, ceci pour 45'000 écus de Genève.
Antoine Saladin revenait de Paris où il était banquier; il s'y illustra notamment comme administrateur de la Compagnie des glaces de Saint-Gobain.

Le Château de Crans

 

Antoine Saladin fit construire le Château de Crans, sur le site de l'ancien manoir de Quisard. La construction dura 4 ans, de 1764 à 1768.

Antoine Saladin fit appel pour les plans à un architecte parisien, Monsieur Jaillet, mais aussi à Monsieur Racle qui travaillait alors pour Voltaire. Néanmoins, ni le projet de Jaillet ni celui de Racle ne correspondent aux attentes d'Antoine Saladin, si bien qu'il charge alors son maître maçon, Monsieur Jean-Louis Bovet, de la mise au point de ses plans adaptés à ses désirs et de leur réalisation. Jean-Jacques Vaucher-Fatton, à la mort de son confrère Bovet, termina l'ouvrage, assurant lui-même l'exécution de la décoration intérieure.

 

L'expression architecturale convient aux intentions d'Antoine Saladin et à la mentalité genevoise, juste mesure entre traditions et nouveauté, entre richesse et simplicité. 

Le plan du château peut être rapproché des meilleurs plans français de l'époque avec une étonnante unité de style de l'ensemble. 

Le Château de Crans, est aujourd'hui reconnu pour être l’un des plus élégants de La Côte vaudoise, une merveille de style Louis XV illustrant le raffinement architectural du 18ème siècle.

 

Antoine Saladin est propriétaire pendant 48 ans, il habite Genève en hiver, Crans en été. Il a deux fils, mais le Château passe directement à son petit-fils, William, qui en sera propriétaire durant 54 ans et n'aura que des filles. 

C'est ainsi qu'Ariane Saladin hérite et épouse Arthur von Berchem, qui habite Céligny. Elle sera propriétaire pendant 29 ans et aura 3 fils. 

Paul, l'un d'entre eux, rachète la part de ses frères et règne durant 53 ans. Alexandre von Berchem, son fils, lui succède de 1947 à 1975. 

Puis, il laisse le Château à Gisèle, l'ainée de ses filles, qui épouse Denis de Marignac, issu d'une famille d'Uzès, venue s'établir à Genève au début du XVIIIe siècle. 

Aujourd'hui, c'est Thierry de Marignac, son fils aîné, qui est propriétaire du Domaine et qui continue à préserver ce précieux héritage dans le respect de la tradition familiale. Cette belle demeure est ainsi restée la propriété de la même famille depuis sept générations. 

 

 

De 1987 à 1988, la bâtisse fut rénovée. L'intérieur a été refait à neuf dans le respect des goûts de l'époque de sa construction. On admire notamment le salon de musique aux délicieux décors, la "chambre du curé " avec son lit à baldaquin et ses tissus romantiques, la magnifique bibliothèque et l'austère salle de justice, avec ses tableaux représentant des scènes du roi David et une porte de fer donnant sur un petit local d'archives. Cette salle de justice servait aussi autrefois  de prison.

Au salon de musique, des concerts sont régulièrement organisés, avec la venue de musiciens et d'orchestres de grand renom.

 

De tout temps, la famille Saladin s'intéressa activement à la vie sociale du village, prenant souvent à sa charge des dépenses d'intérêt public. Ceci souligne encore une fois l'indissociable lien existant entre le Château et le village de Crans.